Lauréat(e)s des Prix Plaskett et Petry 2017

Lauréat du Prix Plaskett 2017 – Jason Stovall

Jason Stovall reçoit le prix durant un événement de l'ARC en 2017 au Musée Aga Khan à Toronto, le 6 mai 2017
Jason Stovall reçoit le prix
durant un événement de l’ARC
en 2017 au Musée Aga Khan
à Toronto, le 6 mai 2017

Jason Stovall a obtenu une maîtrise en arts visuels à la Western University à London en Ontario et il est établi à Victoria en Colombie-Britannique. Stovall écrit que ses peintures graphiques figuratives reflètent une hésitation à admettre un besoin physique et émotif envers les autres. Et aussi qu’elles sont imprégnées de ses expériences comme homosexuel ayant grandi en Alberta. Né en 1989 à Edmonton en Alberta mais élevé dans la région des sables bitumineux, fort Mc Murray, mélange banlieusard et industriel, est le point de départ, dans le travail de Stovall, de la juxtaposition de questions telles que le pouvoir et les tensions avec les thèmes d’identité et de masculinité. Son éducation, fortement influencée par les valeurs conservatrices et religieuses de l’Alberta et par la main-d’œuvre transitoire passant par les sables bitumineux forme la base de son inspiration.

Les peintures de Jason Stovall ont impressionné le jury à l’unanimité : « Leur force formelle est apparue immédiatement, forçant l’attention du jury sur leur composition caractéristique ainsi que sur l’utilisation élaborée et surprenante de la couleur par le peintre. Le contenu narratif évocateur de l’artiste était palpable dans les peintures elles-mêmes, ce qui a été confirmé par la suite par son clair exposé écrit. Jason Stovall tisse d’une façon cohérente forme et contenu ensemble dans d’étonnantes peintures qui sont vulnérables, affectives, humaines, touchantes et émotionnelles.»

Jason s’est vu remettre une très bonne lettre de recommandation de Sky Glabush, professeur agrégé en arts visuels à l’université Western. Il planifie de visiter des musées d’importance et de s’immerger dans diverses cultures européennes qui, selon lui, sont plus réceptives envers la peinture figurative que ne l’est l’Amérique du Nord. Il est particulièrement impatient de voir en personne les œuvres de Bacon, Hockney, Matisse et Picasso. Jason a prononcé un discours vibrant lors de la cérémonie de remise annuelle de la récompense qui se tenait à Toronto en mai 2017. Il a l’entière confiance de la fondation Joseph Plaskett quant à son avenir.


Lauréate du Prix Petry 2017 – Gillian King

Gillian King
Gillian King

Gillian King a complété sa maitrise en arts visuels à l’université d’Ottawa en 2016. Originaire de Winnipeg au Manitoba, elle vit présentement à Ottawa. Son travail est fermement ancré dans une recherche approfondie qui relie la pratique de l’art ancien et les changements du paysage géographique. Et la notion d’Anthropocène l’a menée à explorer les relations entre les humains et les animaux. Gillian fait des peintures abstraites qui mettent l’accent sur les matériaux, utilisant de la cire froide, de la peinture à l’huile et des pigments en poudre dans le but d’explorer ses méthodes visuelles. Le jury a été impressionné par les peintures formelles inventives de Gillian King qui montrent ambition et exubérance. Les traces physiques des matériaux utilisés dans ses peintures incarnent les qualités des peintures rupestres auxquelles elle fait allusion. Son solide travail présente une approche unique vis-à-vis le paysage et l’abstraction lyrique.

Gillian planifie de visiter les grottes de Lascaux en France ainsi que les sites géologiques volcaniques à Eifel en Allemagne situés entre Bonn et Trier. Les thèmes reliés à son travail seront élargis en voyant quelques-unes des premières peintures rupestres d’Europe occidentale et augmenteront sa compréhension et son exploration de l’histoire de l’art paléolithique ainsi que des méthodes de peindre contemporaines. Le jury s’est réjoui de la lettre d’appui d’Andrew Wright, directeur du département des arts visuels à l’université d’Ottawa, à Gillian.

En plus de recevoir la récompense Nancy Petry pour l’année 2017, Gillian King est la récipiendaire de la récompense RBC Emerging Artist pour Ottawa (2017) et a été sélectionnée pour représenter l’Ontario au cinquantième anniversaire de l’exposition « Ab Next » (2017) à la galerie d’art Robert McLaughlin à Oshawa qui présente cinq artistes abstraits émergents à travers le Canada. Quelques-unes de ses récentes expositions : « Becoming Animal » (solo 2016), Art Gallery à Ottawa, La Maison des Artistes à Winnipeg, l’université de Marinette dans le Wisconsin, projets PDA, galerie d’art Karsh-Masson à Ottawa. Gillian a aussi fait des résidences au Banff Centre for the Arts and Sparkbox Studios au Canada.